Les actions possibles (g)

Publié le par Gérard Warenghem

 
 Pétition :
 
Appel pour une émission sur les migrations à 
 France Télévisions
 
Que savons-nous de l’histoire des migrations, alors qu’une grande partie d’entre nous affirme ses origines "étrangères"?
Que savons nous de la réalité actuelle des migrations internationales, de leur volume, de leurs points de départ et de leurs destinations?
Que savons-nous de ce qui pousse des femmes, des hommes et des enfants sur les chemins de l’exil, au moment où des réfugiés "environnementaux" viennent grossir les rangs de ceux qui fuient la guerre ou la misère?
Que savons nous, à l’heure de la mondialisation, de l’impact des mouvements migratoires sur les économies?
Que connaissons-nous de la diversité des vies, des souffrances et des espoirs de ceux qui ont choisi notre pays comme terre d’accueil ?
Que savons-nous des effets concrets des réglementations adoptées en France et en Europe ?
De leur efficacité pour atteindre les objectifs mis en avant par les pouvoirs publics ?
De leurs conséquences sur les parcours et les vies des migrants?
Parler "sans-papiers", expulsions, quotas, ne suffit pas pour informer sur la réalité de ce phénomène mondial, encore moins pour nourrir valablement le débat citoyen.
Parler discrimination, racisme, diversité ne suffit plus pour combattre les "replis communautaires", d’autant plus que cette expression est souvent employée à tort et à travers.
Pour que la question de l’immigration en France sorte de l’ornière de l’utilisation démagogique et fasse enfin l’objet d’un débat digne et responsable,
Nous, associations, syndicats, journalistes, chercheurs, élus, citoyens de toutes origines, demandons à France Télévisions d’assumer pleinement sa responsabilité de service public d’information. Nous demandons qu’une émission régulière sur le thème des migrations soit mise rapidement à l’antenne sur l’une des chaînes généralistes de ce groupe.
Premiers signataires : Syndicat National des Journalistes-CGT, GISTI, CIMADE, MRAP, Ligue des Droits de l’Homme, Association les Oranges, Centre d’Information et d’Etudes sur les migrations internationales (CIEMI), Collectif Bellaciao
Vous pouvez signer à :  

mappamondo.jpg
.

 

 
  ============================================================
Survie et Zalea TV (Zalea Tv ?! C’est une télévision libre ! ) présentent :
 
La première nuit contre la Françafrique.

Tout au long de la nuit, nous accueillerons sur le plateau des invités, investis dans la lutte contre le néo-colonialisme français en Afrique, qui commenterons des extraits de documentaires et de films soigneusement sélectionnés pour vous.

La nuit s'articulera autour de 3 grands chapitres :

I. Aux origines de la Françafrique. De la colonisation au néo-colonialisme : la poursuite de la domination.
II. De la Françafrique à la Mafiafrique. L'évolution du système de domination dans le contexte de la mondialisation.
III. Les résistances à la Françafrique. Ici et là-bas, différents acteurs, différentes voies.

L'émission étant réalisée en direct, vous avez la possibilité d'appeler à tout moment et de poser vos questions !
A vos téléphones donc : 01.46.07.22.08

Les invités prévus :
Renaud Savéan, CADTM
Benjamin Moutsila, Fédération des Congolais de la Diaspora
Annie Faure, Comission d'Enquête Citoyenne sur le rôle de la France au Rwanda
Gauz, réalisateur

et d'autres surprises...

Les interviews exclusives : (sous réserve)
Alain Deneault, animateur du collectif Ressources d'Afrique, au Canada
Eva Joly, Magistrate française
Pierre Caminade, Rédacteur en chef de Billets d'Afrique, mensuel de Survie
Odile Biyidi, Présidente de Survie
Xavier Renou, écrivain
Ardiouma Sirima, président du Cofanzo
Toutes les infos et plus encore :


Comment regarder l'émission ?
Si vous avez la Freebox, dans toute la france, vous pouvez regarder l'émission sur le canal 79.
Sinon, vous regarderez l'émission en différé à télécharger sur le site de Zalea, les jours suivants la diffusion.
 
 
Qu’est-ce que Zalea Tv ?
Zalea Tv ?! C’est une télévision libre ! Résumé fidèle mais peut-être un chouia trop synthétique. Libre de quoi d’abord ?
En premier lieu, libre au regard de sa totale indépendance vis à vis de quelque groupe associatif, politique, industriel, financier, philosophique ou religieux que ce soit, et son absence totale de connivence et d’accointance avec quelque détenteur de pouvoir que ce soit.
Libre parce que celles et ceux qui font Zalea TV ne dépendent que d’eux-mêmes et de personne d’autre (pas de patrons, actionnaires, autorités de tutelle, chefs, directeurs, etc,...)
Libre parce que quiconque peut s’exprimer à cœur ouvert en direct sur son antenne et y dire, faire et montrer absolument tout ce qu’il veut, sans contrôle préalable (tant que c’est compatible avec les Droits Humains fondamentaux) , ce qui paraît incongru à la télé mais qui est pourtant la définition même de la LIBERTÉ D’EXPRESSION.
Libre grâce à tous les volontaires et bénévoles qui participent librement, et sans contrepartie autre que le plaisir qu’ils y prennent, à l’animation de cette chaîne associative.
Libre parce que sa démarche s’inscrit hors du monde marchand et commercial. Hors-la-loi de l’offre et de la demande. Sans considération pour l’indice Nikkei, le CAC 40 ou les courbes médiamétriques puisque les programmes qui sont diffusés s’échangent, se regardent, se discutent, se critiquent, se confrontent mais en aucun cas ne se vendent, ni ne s’achètent.
Libre d’être non-alignée, irrévérencieuse et subversive, parce qu’on ne voit pas pourquoi il n’y aurait que la télé qui n’aurait pas le droit de l’être.
Libre de s’interdire d’interdire la querelle, la subjectivité, l’invention, la polémique, l’injure, l’innovation, le débat, la mauvaise foi, l’imagination, la dispute, la controverse, la rêverie et tutti quanti... Libre d’attaquer le loft de Loft Story pour libérer les poules et les otages, d’accepter de diffuser sur Canal Sat ou en pirate, de postuler à la Télévision Numérique Terrestre nationale, d’éteindre les télés dans les rayons de la FNAC ou de Carrefour, de perturber le siège du Parti Socialiste ou de l’UMP, d’arrêter de faire de la télé...
Libre de constater que le monde de la télé se divise en deux secteurs : celui qui bidonne et puis l’autre... qui se bidonne
 
 
Survie ?
Survie est une association loi 1901 qui milite en faveur de l’assainissement des relations franco-africaines, de l’accès de tous aux biens fondamentaux et contre la banalisation du génocide.
Les groupes locaux de Survie sont implantés dans de nombreuses régions de France. Ces groupes prennent des initiatives et se mobilisent pour relayer, dans toute la France, les objectifs définis par les instances nationales.
Survie est une campagne de citoyens, inspirée par le manifeste-appel de 126 prix Nobel contre la faim et pour le développement (1981). En plusieurs pays d’Europe, et notamment en France, des citoyens ont fait leur le message central de cet appel : la faim et la misère ne sont pas des fatalités ; pour y mettre un terme il ne suffit pas de la générosité individuelle, ou d’actions humanitaires ponctuelles, il faut mobiliser les moyens de l’action collective, c’est-à-dire prendre des décisions politiques - voter les lois et les budgets indispensables, instituer des dispositifs efficaces, contrôler rigoureusement les résultats. Bref, "donner valeur de loi au devoir de sauver les vivants".
Il est pourtant possible d’inverser la tendance, d’élaborer des principes de solidarité qui répondraient aux droits fondamentaux de tous les peuples, dans la transparence et le respect des choix des citoyens, au Sud comme au Nord. De nombreux acteurs du développement, experts, parlementaires, militants, associations, collectifs du Nord comme du Sud s’y sont attelés depuis plusieurs années. Leurs recommandations pour réinventer une nouvelle solidarité internationale se font de plus en plus précises. A commencer par le célèbre adage, "d’abord, ne pas nuire"...
Autres infos / contact :
www.survie-france.org
www.zalea.org
Tél (Zoul): 06.88.93.35.71
 

Commenter cet article